Seraf’ Goes to India #14 : Bikaner jour 2

Ce deuxième jour à Bikaner était plus chargé puisque nous avions prévu de faire le fort, de changer nos roupies et enfin d’aller faire une balade a dos de dromadaire au coucher du soleil avant de prendre le train de nuit en direction de Delhi.

Le fort était situé a 700mètres de notre Hôtel et nous y sommes allés à pied. C’est à l’opposé de la vieille ville et c’était beaucoup plus safe à marcher, on a même vu un parc presque propre. De tous les forts que nous avons fait, seul celui de Bikaner se trouve au sol, il a certes des remparts et tout, mais ce n’est pas un fort en hauteur qui surplombe tout, il est plus un peu un fort d’apparat on dira. Il n’en reste pas moins imposant. Il est plutôt bien restauré et la visite prend 1 à 2h. Il y’a de très belles pièces très décorées mais aussi un musée comprenant un certain nombre de pièces de collection du maharadjah de Bikaner. Il faut savoir que Bikaner a été longtemps un état indépendant, qui était sur la route de la soie, qui a ensuite periclité, jusqu’a ce qu’un de ces rois se mette a vendre des chameaux aux britanniques lors de la guerre contre l’afghanistan, et la l’état est devenu riche, étant le premier état 100% electrifié par exemple. Donc on rend hommage à ce roi dans le palais, avec notamment ses petites cuiller ou une epave d’avion de la WWI que les anglais lui ont offert.

bikaner-jour-2-1

bikaner-jour-2-3

bikaner-jour-2-4

bikaner-jour-2-5

Après cette visite, étape obligatoire dans la cohue du moment : changer ses billets. Nous avions en effet la veille d’arriver ici retiré 20 000 roupies , uniquement en 500 et 1000 qui n’étaient donc soudainement plus valides. Le ministre a décidé que ces valeurs n’étaient plus valide, les indiens sont invités a les échanger en billets de 100 ou 20 avant l’arrivée des nouveaux billets, à hauteur de 4000 roupies par personne. Le reste doit aller sur des comptes en banque. Nous sommes cependant a Bikaner, une toute petite ville et non touristique. Ce qui fait qu’on a du aller voir le chef de la banque, qui a du passer un coup de fil pour savoir si les passeports ca comptait comme pièce d’identité, nous a fait remplir des formulaires et après il fallait faire la queue avec a peu près 40 autres indiens qui attendaient déjà. Enfin, ce qu’on aurait fait, mais il se trouve qu’en inde, surtout rurale, on ne mélange pas les hommes et les femmes. Il était donc impensable que je fasse la queue avec les indiens, ils m’ont tous dit de passer devant, et nous avons échangés la limite maximum de nos roupies (8k donc) en 15 minutes.

Pour les autres 12 000, Heureusement, notre hôtel a accepté les billets dépréciés pour payer la chambre, ce qui fait qu’au final, nous n’avons presque pas perdu d’argent. Mais aujourd’hui, alors que je voyage touche a sa fin (j’écris cet article avec deux jours de retard) nous sommes toujours sur nos roupies échangées. car il nous a été impossible de retirer de l’argent, les ATM étant pris d’assault. On a fini le voyage avec en gros 50€ pour 3 jours. Bref.

bikaner-jour-2-6

bikaner-jour-2-7

De retour à l’hôtel, nous avons embarqué pour une promenade a dos de dromadaire. Oui, je sais c’est touriste, attrape nigaud, tout ce que vous voulez, mais bon, c’était à tester. Nous avions prévu 1h30 dans le désert, un arrêt pour le coucher du soleil et le retour. Ma soeur ayant déjà fait ce genre d’excursion m’avait prévenue que ca faisait mal que c’était inconfortable, et elle elle avait detesté, donc autant vous dire que je pensais que je n’apprecierais pas.

Finalement, ça allait totalement, on est haut mais c’est stable, c’était assez confortable, mêmesi mon genou a très vite eu mal a tapper contre la selle, j’ai fini avec des bleus. Le desert du Thar est un désert assez vert en cette période post-mousson, même si il y’a bien des dunes de sables. C’est aussi un des plus denséments peuplés (c’est l’inde quoi) donc nous avons croisé beaucoup de fermiers et autres troupeaux. C’était une expérience a tenter. A noter, être dans une petite ville, loin des sentiers battus des hordes de touristes a du bon : c’était bien moins pollué et donc c’était le premier ciel bleu en trois semaines et le premier coucher de soleil qui ressemblait à quelque chose.

En parlant d’expérience à tenter, le train de nuit en était une aussi, et nous sommes partis à 22h30 de Bikaner pour une arrivée prévue a 6h30 à Delhi. Vous connaissez mes capacités à m’endormir si vous me cotoyez IRL, vous ne serez donc pas surpris de savoir que moi , mon petit sac de couchage, ma couverture et la couchette avons passé une bonne nuit en mode blackout total, et reveil dans les vapes totales au terminus du train.

 

Seraf’ goes to India #13 : Bikaner jour 1

Vous vous êtes demandé ce que nous avons fait hier ? Non, en faite, avec le décalage horaire et tout je ne sais meme pas si vous vous êtes rendus compte que je n’ai pas posté hier. En vrai, hier, nous n’avons rien fait, puisque j’ai déclaré la Turista dans la nuit d’hier matin. Une bonne turista des familles, des allers retours au toilette et 7h de train, pour couronner le tout. Heureusement, les toilettes dans les trains sont assez propres, par contre, c’est des toilettes a la turque et dans un train, c’est pas méga stable quand on n’a pas l’habitude. J’aurais du faire plus de squats ! Bref, je n’ai rien bouffé a part trois bananes qui sont plus ou moins passées, j’ai bu du coca, et quand on est arrivé a notre hotel a Bikaner, j’étais trop faible pour faire quoique ce soit donc on est resté à l’hôtel, on a regardé des animes (Yuri on Ice c’est GE-NI-AL) et j’ai mangé un bol de riz le soir.

Parfois, je me demande un peu comment le corps marche, car tout de même, c’était le meilleur moment pour déclarer la tursita : planning pas trop serré, hotel tout pret de la gare, toujours des toilettes a portées puisque train. Vraiment, dans mon malheur, mon corps a un timing décent. Enfin, bref, ce matin, ca allait mieux, même si je restais faible et avec des crampes d’estomac donc nous sommes partis pour un temple qui demande d’avoir le coeur bien accroché, le temple des rats de Deshnok . Ici, une déesse, a défié le dieu de la mort et a dit que sa famille ne mourrait pas mais deviendrait dès rats lors de leur trépas. Les rats sont donc sacrés et le temple leur ai dédié. Ils grouillent partout et la légende dit qu’il faut trouver le blanc qui porte chance, on l’a pas trouvé et on a doublement pas eu de chance, mais chaque chose en son temps.

bikaner-jour-1-5

bikaner-jour-1-6

bikaner-jour-1-7

bikaner-jour-1-8

Nous avons donc pris le bus, 1h l’aller pour 30km, rapport à l’état désastreux des routes. On a pris l’autoroute, chez nous même un chemin communal est mieux entretenu. Mais le bus était assez confortable et safe. Juste tout le monde qui nous regarde et qui me demande c’est quoi les trucs dans mes joues. Car ouais, les joues percées, c’est certes rare en occident, mais pour les indiens c’est totalement inconcevable mais totalement et en plus, comme il y’a des ceremonies en inde ou des pretres se percent les joues je pense que pour eux c’est associé a quelque chose de tres douloureux et respectable en meme temps. Je crois que chaque personne ici qui me parle, c’est pour me demander qu’est ce que c’est, comment je mange, si j’ai mal. Alors que les indiennes ont tous le nez percé. Brefle. Le bus donc. On arrive a Deshnok, on dépose nos nu-pieds et on entre dans le temps, l’entrée est gratuite mais c’est 30 roupies la photo. On aurait du se douter quand le mec des billets a refusé le billet de 500 roupies a un indien qu’il y avait anguille sous roche, mais on s’st juste dit qu’il avait pas de monnaie.

bikaner-jour-1-1

bikaner-jour-1-2

bikaner-jour-1-3

 

Il y’a donc énormement de rats, qui grouillent, et beaucoup d’indiens leur fond des offrandes. Evidemment, plein de rats, plein de nourriture, espace clos, on est bien d’accord, on marche sur un sol souillé de dejections. On avait prévu des chaussettes qu’on a jettées après coup. L’odeur n’était pas si forte mais peut être qu’après plus de deux semaines en inde, je n’ai plus le même referentiel qu’au départ. En tout cas j’ai pas trouvé ca si pire. Les petites bêtes sont toutes mignonnes, même si certaines sont mal en point, ils sont super bien nourris et très respectés, il ne faut surtout pas en écraser. Ils n’ont pas peur des humains et sont plutôt vifs. La visite aurait pu être très bien, même si pour l’hygiène on repassera, si … un pigeon n’avait pas defequé sur mon reflex. Pile sur l’objectif et sur ma main qui le tenait. Shalck le gros caca tout liquide. Sur mon putain d’appareil photo que evidemment je vais pas pouvoir immerger dans la javel. Mais serieux de fuck de merde ? A partir de là, ça m’a un poil gaché ma visite, je vous l’avoue, et comme en plus dabYo trouvait de base l’endroit dégueulasse on est rentré après avoir nettoyé l’appareil avec du PQ et de l’eau puis rincé trois fois nos pieds a l’eau et jetté nos chaussettes.

Donc voila, je pense que ca vaut le coup pour le fun, car c’est unique en son genre et tout, mais faites gaffe , le vrai danger, c’est les pigeons.

De retour a Bikaner, nous sommes passés a l’hotel mettre de vraies chaussures (des docs quoi) après une douche et sommes partis dans la vieille ville avec pour objectif de découvrir les vieilles haveli (sortes de maisons de maitre) qui sont réputées ici. Elles sont perdues dans le dédale de la vieille ville et il faut dire que Bikaner, c’est pas du tout touristique. Aucun autre touriste, des petites ruelles medievales (comme ca a pu exister chez nous avant que Haussman assainisse tout ça), donc c’était un poil flippant, même si en soit, la plupart des indiens semblaient content de nous voir, les écoliers voulant nous serrer la main, etc. Comme c’est pas touristique, y’a pas cette espece de rapacité qu’on voit a Agra, mais en meme temps y’a moins de gens qui causent anglais, on te regarde bizarre, bref, je me sentais pas méga bien avec ma gueule de gaijin.  Donc bon, pareil, pour le shopping, on repassera.

bikaner-jour-1-9

 

bikaner-jour-1-10

En soit, ce n’est pas une mauvaise bourgade, mais on voit qu’elle n’est pas touristique, donc on est peu perdus, et encore on est plus aguerris qu’a l’arrivée.

Demain, nous voyons le fort de la ville, faisons un tour de chameau dans le desert pour aller voir le coucher de soleil puis nous prendrons le train de 22h40 pour Delhi, qui nous y fera arriver à 6h20. Et après ce sera Delhi, qu’on n’avait pas aimé a l’arrivée, mais qu’on aimera peut être maintenant qu’on sait un peu comment ca marche l’Inde , qui sait ? Enfin tout cela ne devrait pas me faire oublier de vous parler de la troisième poisse du moment. Nous avons en effet payé le billet de train (40€ pour deux, pour 9h de train, rep a ça la SNCF) en cash, car nous en avons a écouler. Oui. Après la turista, le caca de pigeon, j’annonce le gouvernement indien qui annonce à 18h hier qu’a partir de minuit les billets de 500 et 1000 roupies, a savoir les plus répandus, n’auront plus aucune valeur.

En effet, dans la lutte contre l’argent sale, de nouveaux billets vont être mis en circulation, en attendant les distributeurs et banques sont fermés. Il faudra ensuite aller a une banque échanger ses vieux billets contre des nouveaux, mais attention, pas plus de 4000 roupies par personne, le surplus sera mis sur un compte bancaire. Comme j’ai une carte bancaire sans frais, nous avions peu de billets sur nous par rapport a d’autres, mais tout de même l’equivalent de 150€ (somme enorme pour l’inde, certes, mais ici, tout se paye en cash, hotel, bouffe, etc, on a peu utilisé la CB) qui n’ont … plus de valeur. Heureusement, l’hôtel que nous n’avions pas encore réglé accepte encore ces billets, mais c’est loin de faire le compte. Donc, on va devoir traiter ce problème a Delhi si l’hotel de Delhi ne les accepte plus (ils n’ont plus aucune obligation de le faire, seul les hopitaux, les stations service et les trains doivent accepter les billets deprecated pour continuer a assurer le fonctionement minimum,) et les échanger contre les nouveaux billets, sachant que comme lors du crash grec, les banques vont être prises d’assault ! Bref, jamais deux sans trois hein ?

(Après en soit, la mesure est drastique , elle me fait personnellement chier par rapport a mon cas perso mais si cela peut aider a assainir le pays, rongé par le black et la corruption, je pense que c’est une bonne chose. Juste pas pendant mes vacances).

Seraf’ Goes to India #12 : Jodhpur et pourquoi nous n’irons pas a Jaisalmer

Je vous avais laissés avec mon arrivée à Jodhpur, la ville bleue, deuxième plus grande ville du Rajasthan. Je vous disais aussi que cet hôtel était le plus beau que nous ayons eu jusqu’à présent et nous ne nous sommes pas trompés. Par contre, le restaurant, c’est un vrai restaurant indien : tu commandes et tu attends 1h ton plat, c’est la norme, suffit de le savoir, de monter commander tôt et d’avoir une belle vue et un wifi ! Bref, en tout cas, c’était très bon, comme partout en Inde jusqu’à présent. Et en plus, ils ont une carte « secrète » qui n’est pas écrite et qui a …. de la bière ! On en a pris tous les soirs du coup car ca faisait plaisir. En réalité, la bière n’est jamais écrite sur la carte hier, mais souvent, si vous la demandez, on vous la sort. La relation avec l’alcool est particulière ici.

jodhpur-jour-1-8

jodhpur-jour-1-1

jodhpur-jour-1-2

jodhpur-jour-1-3 jodhpur-jour-1-4

jodhpur-jour-1-5

jodhpur-jour-1-6

jodhpur-jour-1-7

Jodhpur a 3 sites particulièrement interessants dont le premier est son fort et vous savez a quel point dabYo aime les forts. Celui-ci domine la ville de toute sa splendeur et la visite prend facilement 2 à 3h. Il est l’un des plus gros, avec des murailles de psychopathe, c’est un edifice impressionnant et qui vaut ses 600 roupies d’entrée. Il y avait du monde car nous étions Dimanche mais ce n’était pas comparable avec le carnage que fut Udaipur. Construit à partir de 1459, le fort a surtout été formé tel que nous le voyons aujourd’hui au XVIIème siècle. Il comporte plusieurs palais, tous très ornementés et la vue des derniers étages est totalement impressionnante. Le musée abrite une belle collection, notamment de selles pour elephants (howdah). Il y’a deux cafés dans le fort, vraiment pas chers avec des samoussas bien sur.

jodhpur-jour-2-5

jodhpur-jour-2-6

jodhpur-jour-2-7

jodhpur-jour-2-8

jodhpur-jour-2-9

 

jodhpur-jour-2-11

jodhpur-jour-2-12

jodhpur-jour-2-13

A coté du fort se trouve le Jaswant Thada, un mausolée, a priori utilisé par la famille royale (mais j’avoue qu’en faite je ne connais rien a l’Inde, est ce que l’on parle de la famille royale de Jodhpur ? Ou du Rajasthan ? Je pense que c’est de Jodhpur mais en vrai, je n’en sais rien). C’est un exemple de ce que l’Inde pourrait avoir fait si elle avait été touchée par le rococo, c’est une crème meringuée, avec de la chantilly par dessus. Moi c’est exactement ce que j’adore, c’est tellement too much que c’est magnique. De plus les jardins sont ombragés et bien arrangés. Et propres, ce qui ne gache rien  Le gros batiment est un mausolée alors que les cénotaphes sont autour. Quand au lac, c’est celui utilisé pour les crémations de la famille royale.

jodhpur-jour-1-10

jodhpur-jour-1-11

jodhpur-jour-1-12

Depuis le fort, nous pouvons ensuite rentrer a pied à la guesthouse en une demi heure ce qui nous permet de découvrir la vielle ville bleue. C’est une ville relativement propre (pour l’inde) et surtout relativement safe, on s’est très peu fait ennuyer, alors que j’avais lu des retours assez négatifs sur cette ville, peut être est parce qu’on a l’air plus aguerris ? Nous sommes bien sur passés par la Clock Tower, la Tour de l’Horloge qui est emblématique de Jodhpur, qui peut se visiter mais sans grand interet. Un marché se déroule à ses pieds mais j’avoue que je ne suis pas encore assez aguerrie pour marchander correctement.

jodhpur-jour-2-4

jodhpur-jour-2-1

jodhpur-jour-2-2

jodhpur-jour-2-3

A 3km de la ville, le Umaid Palace se dresse, palais d’un maharadjah qui ne date que de la moitié du XXème siècle, designé par un architecte anglais, tout dans la démesure, puisque c’est un des plus grands palaces. la visite coute très peu cher, mais on comprend pourquoi. En effet, seul une toute petite partie se visite, tandis que le reste est a priori un hotel de luxe, tout comme le Lake Palace de Udaipur. Il y’a cependant de beaux volumes, une belle collection notamment d’horloges vintages mais aussi de voitures dont deux Rolls Phantom, que j’ai pas pu prendre en photo mais qui m’ont fait penser à ma mère qui est fane de ces voitures là.

Bon, et puis demain, nous devions aller a Jaisalmer, mais comme le titre vous le laisse comprendre nous n’y irons pas. En effet, en Inde, le système de train est un peu particulier. Vous pouvez acheter des tickets meme si le train est plein, vous passez ensuite en Waiting List. Annuler un trajet ne coute que 100 roupies donc les indiens ne se privent pas pour les annuler. Vous pouvez suivre l’evolution de votre position dans la queue pour le ticket en ligne grace a un indientifiant unique le PNR.

jodhpur-jour-2-10

Ce midi, nous étions encore en attente pour le biller pour Jaisalmer et surtout le billet de notre dernier voyage, celui de Jaisalmer a Delhi, qui fait 18h et près de 1000 kilomètres était aussi en waiting list. Et en psoition 11 et 12 qui n’avait pas bougé depuis 2 semaines. Donc en gros, on n’était pas sur de pouvoir aller a Jaisalmer en train, en soit, on aurait pu prendre le bus, mais on n’était surtout pas sur de pouvoir revenir de Jaisalmer à Delhi où on a un avion qu’on peut pas changer lui et en bus ça prend deux jours.

Nous avons donc décidé de changer nos plans, et d’aller plutôt a Bikaner, qui est aussi une ville dans le desert, qui propose aussi des départs en chameau dans le desert, et surtout qui avait encore des billets de trains. Pour le train de demain, nous avons donc pris un billet pour Bikaner en 3ème classe et en Tatkal. Les Tatkal sont des billets qui ne peuvent s’acheter que 24h avant le départ du train en gros, et qui sont majorés de 5€ (400 roupies). On ne peut a priori pas les commander sur le net avec une carte bleue européene, nous avons du aller en gare. Jaisalmer est a priori très beau, mais Bikaner aussi donc ça sera pour une prochaine si nous revenons dans cet état un jour. En tout cas, la reservation des billets en gare est une aventure en soit, puisque on doit d’abord remplir un formulaire papier, pour qu’un mec le tappe ensuite à l’ordi. WTF.

Seraf’ Goes to India #11 : Ranakpur et Kumbhalgarh

Hier était la partie que nous pensions la plus difficile du voyage (en vrai, non, mais on en parlera après). Il n’existe pas de train direct entre Udaipur et Jodhpur, et nous voulions de plus voir deux choses entre les deux villes : le fort de Kumbhalgarh et les temples de Ranakpur. Nous avons donc … loué une voiture avec chauffeur. Ce choix n’est pas le plus économique, mais parfois c’est ça ou le bus (et on a choisi de ne pas prendre le bus). Nous avions donc reservé un driver par notre hôtel, il était là à l’heure…. Mais c’était trop beau pour que tout se passe bien. Le mec est payé un forfait mais avait envie d’en faire le moins possible, donc a essayé de nous décourager d’aller à Kumbhalgarh , disant que trop de traffic, que on allait mettre 4h que c’était pas sur le chemin. Mais non, on voulait quand même y aller, donc il nous y a malgré tout emmené. Et il n’y avait personne sur la route, ce qu’on lui a fait remarquer.

kumbalargh-ranakpur-1

kumbalargh-ranakpur-2

kumbalargh-ranakpur-3

kumbalargh-ranakpur-4

kumbalargh-ranakpur-5

kumbalargh-ranakpur-6

Kumbhalgarh est un des plus grand forts de cette région, avec des murailles qui s’étendent sur plusieurs kilomètres. C’est un fort de défense, il n’y a donc pas de petit coeur en marbre. C’est perdu au milieu de la montagne et très en hauteur, donc on a une belle vue malgrés la pollution. L’entrée est peu chère et la visite prend 1h à 1h30 , sauf si vous voulez faire le tour des murailles auquel cas c’est 4h. Nous n’avions pas le temps pour cela, malheureusement. La visite est interessante même si le fort doit surtout à sa position. Ce n’est pas un palais mais bien un fort militaire fait pour défendre. Il s’accède par une montée assez rude mais si moi j’y suis arrivée, y’a pas de soucis.

kumbalargh-ranakpur-8

kumbalargh-ranakpur-9

kumbalargh-ranakpur-10

kumbalargh-ranakpur-11

kumbalargh-ranakpur-12

kumbalargh-ranakpur-13

L’étape suivante, c’est Ranakpur, un lieu sacré des Jains (religion minoritaire mais originaire d’Inde), et un des plus grands temples Jains du monde. C’est à 2h de route de Kumbhalgarh mais cela vaut le coup car c’est unique en son genre. En réalité, il y’a trois temples mais le principal fait de l’ombre à tous les autres. En effet, il est le plus grand et contient 144 pilliers, tous gravés, ornementés de manière unique. C’est donc un lieu sacré, dans lequel le cuir et la nourriture sont interdits. C’est pour cela que nous avions opté pour nos nu-pieds. L’intérieur est vraiment grand et surtout, comme tout se ressemble on est vite désorienté. Bien que très touristique, on n’est pas ennuyé dedans. Une cantine permet de se restaurer pour presque rien (40 INR la portion de Masala Rice) La visite peu prendre 1 à 2h suivant votre interêt pour les temples et leurs sculptures.

Nous sommes ensuite partis pour Jodhpur, qui fait tout de même 3h de route. Nous avons du evidemment parlementer avec le driver pour lui dire que non, nous n’allions pas aller manger a son restaurant, que non, nous ne voulions pas aller a un shopping center, mais bien à l’hotel. A Jodhpur, la vieille ville est sans voitures, donc nous avons pris un tuktuk, qui nous a déposé devant une ruelle. En effet, la vieille ville de Jodhpur, c’est médieval, donc des coupe-gorges, un vrai dédale. Heureusement que j’avais lu sur Booking que l’hôtel était perdu au fond d’une ruelle, sinon, je vous assure que je n’aurais pas fait la fière. Il se trouve que c’est le plus bel hotel que nous ayons eu jusqu’ici ! Et pour 22€ la nuit !

Seraf’ Goes to India #10 : Udaipur , deuxième partie

Pour ce dernier jour à Udaipur, nous avons étrénne nos magnifiques (non) nu-pieds pour aller aux deux temples de la ville. Le premier a plus de 400 ans je crois et était très occupé quand nous y sommes allés, puisque cela semblait être une prière , en tout cas ça a duré un bon moment. Les temples ont vraiment une architecture particulière, c’est des especes de tours, mais avec plein de faces et surtout des sculptures partout. Genre 100% du temple est décoré. C’est impressionnant et en plus vraiment bien réalisé. Je ne connais rien de rien à la religion hindou mais les prières sont impressionnantes et surtout toutes en musique, une femme joue du tambour, une autre sonne un carillon, une autre des cymbales, et tout le monde chante. C’est impressionnant.

udaipur-jour-3-29

udaipur-jour-3-30

udaipur-jour-3-31

udaipur-jour-3-27

Le deuxième temple est plus petit, mais on pouvait monter en haut, mais pieds nus, dans de la flotte stagnante, je veux même pas penser aux bactéries qui ont élu domicile sous mes pieds. Ne pas y penser, c’est l’important. Bien que de taille plus modeste, il est tout aussi décoré, juste moins finement et il était aussi beaucoup moins bondé.

 

Après ces temples j’ai pu me rendre compte que je ne suis pas vraiment habituée à marcher en nu-pieds et que j’allais bien souffrir. Nous sommes donc rentrés remettre des godasses digne de ce nom afin de prendre le bateau pour l’île Jagmandir. En effet, Udaipur est célèbre pour son lac et son Lake Palace (celui de James Bond si vous suivez) mais un autre palace sur l’eau se visite lui : celui sur l’île Jagmandir. Une excursion en bateau prend place depuis la cour du City Palace. Le tour en bateau fait environ 20 minutes, passe auprés du Lake Palace puis s’arrête sur Jagmandir. Cette petit île est très bien entretenue, et les jardins et cour principale se visitent. Tout est bien carré, on dirait un jardin anglais, c’est donc très colonial mais aussi dépaysant, loin de la crasse et du bruit. J’ai trouvé ça très reposant.

udaipur-jour-3-40

udaipur-jour-3-32

udaipur-jour-3-33

udaipur-jour-3-34

udaipur-jour-3-35

udaipur-jour-3-36

udaipur-jour-3-37

udaipur-jour-3-38

udaipur-jour-3-39

udaipur-jour-3-37

udaipur-jour-3-32

udaipur-jour-3-33

udaipur-jour-3-34

udaipur-jour-3-35

udaipur-jour-3-36

Nous avons fini la journée dans un rooftop café qui se donne un air de bobo, puisqu’on a été servi dans des Mason Jar !!! En effet, Udaipur, c’est un peu le Cannes ou le Monaco du Rajasthan, plein de gens richent y viennent en vacance et tout a un coté assez huppé, pour l’Inde. C’est aussi un peu plus cher en terme de nourriture mais ca reste correct. Il y’a beaucoup de petites boutiques de patisseries genre muffins, très occidentalisés, et on a même mangé un burger (végé, mais un burger). C’est interessant d’avoir une vue sur une Inde plus moderne aussi.

Seraf Goes To India #9 : Udaipur

Aujourd’hui était une journée importante, puisque nous devions trouver comment nous rendre à Jodhpur. En effet, si nous avions bien réservé tous les trains, il n’y en a pas entre Udaipur et Jodhpur. Trois solutions : un détour en train, le bus ou louer une voiture. C’est cette dernière option que nous avons choisi, la location d’une voiture avec chauffeur qui nous permettra de nous arreter aux temples sur le chemin (dont Ranakpur) . Mais il n’est pas possible de reserver en avance depuis internet, donc yolo, mais je me doutais qu’on trouverais aisément et on a effectivement trouvé aisément, donc c’est bon on sait comment aller a Jodhpur.

udaipur-jour-2-27

udaipur-jour-2-28

 

Nous sommes partis tards de la chambre, puisque bien sur, il fallait que l’un de nous soit malade. Pas trop , mais dabYo a quand même le bide en vrac, donc médocs et un peu d’attente pour vérifier que tout va bien. Nous n’avons plus eu d’ennui dans la journée. Reste a determiner ce qui etait la cause. Le repas d’hier ou encore la veille, la street food de Pushkar ? On ne saura pas, mais on est content d’avoir des médocs.

udaipur-jour-2-29

udaipur-jour-2-30

udaipur-jour-2-31

Nous nous sommes rendus donc au City Palace, palais au coeur de la ville, un des plus grand si ce n’est le plus grand du Rajasthan. Malheureusement, aujourd’hui était jour d’affluence. Je ne sais pas si c’est un jour férié, si c’est que tous les indiens ont pris la semaine qui suivait Diwali ou quoi, mais c’était méga bondé. La visite qui normalement doit faire 1h nous a bien pris 2h30 avec des queues monumentales pour passer de piece en piece. Car oui, les palais ça a des couloirs étroits, et donc, c’est compliqué tant de monde. Le palais est cependant beau et élégant et bien sur blanc, comme tout le reste de la ville.

udaipur-jour-2-33

Il était trop tard pour aller faire la balade sur le lac, nous y irons demain et sommes allés faire du shopping. Nous avions un but bien précis : nous acheter des chaussures. Bizarre ? Non, je vous explique. Beaucoup de temples vous demandent d’oter vos chaussures. Jusque là, ok, on a l’habitude, on l’a fait a Istanbul, on ôte les groll et on les attache au sac. Sauf que ici, non, c’est le cuir, il rentre pas DU TOUT. Et moi, laisser mes Docs Martens dehors, comme ça, sans surveillance, c’est no way. Et faire les trucs a tour de role c’est pas drôle. Et a la prochaine étape du voyage nous avons la visite des grands temples Jains à Ranakpur, donc l’achat de chaussures pas chères était mandatory. Y’a des marchants de tongs ou assimilés partout , donc on a pas trop peiné a trouver, si ce n’est que mes pieds étant difformes j’ai du me résoudre aux tongs plutôt qu’aux ballerines :( ( cet article est pasionnant vous trouvez pas ?) , j’ai trouvé une magnifique robe, et dabYo des chemises en lin sur mesure s’il vous plait.

Le soir, nous souhaitions assister a un spectacle de danse a la Bangore-Ki Haveli, une vraie journée de touristes clichés donc ! Nous avons fini a la deuxième session, la première étant complète, et l’estomac de dabYo n’ayant pas froid aux yeux (ou au duodénum, au choix) nous avons patienté en mangeant des veg cheeseburger dans un bouiboui, ou le cheese en question était de la crème fraiche (?????) mais en tout cas c’était bien bon. Le spectacle dure une heure et coute 150INR (donc que dalle) et montre plusieurs types de danses traditionnelles du Rajasthan, très bien executées, avec de la musique live, et un coté too much et kitch qui nous a affreusement fait rire. Si vous allez a Udaipur, vous devez aller voir ce spectacle ! Je suis sure que vous trouverez bientôt des photos qui vous feront comprendre pourquoi chez dabYo

Seraf’ Goes to India #8 : Arrivée à Udaipur

Ce matin, départ tôt pour la gare d’Ajmer afin de faire 5h de train pour Udaipur. Le train était à l’heure, ce qui défait les clichés indiens En effet, nous avons fait pas mal de trains jusqu’a présent et un seul en retard (de deux heures mais bon, la SNCF c’est pas mieux) et les chauffeurs de tuk tuk ou de taxi étaient là à l’heure dite. Alors les jokes sur les indiens en retard… peut être est-ce plutôt dans le sud ?

Toujours est-il que pendant ce voyage en train, j’ai pu à nouveau mettre à profit mes skills me permettant de dormir n’importe ou, n’importe comment. J’ai totalement blackout pendant plus de deux heures de trajet, alors que ce n’était même pas des couchettes. Vous me direz j’ai aussi réussi à dormir la nuit de Diwali avec les pétards à fond. Je me sens un peu coupable car la vue d’un espace me permettant de dormir me fait irrémédiablement plonger dans les bras de Morphée, abandonnant dabYo. Mais en tout cas, je me repose bien en Inde, les trains c’est cool ! (Et en prime le livre que je lis sur ma kobo est nul de chez nul, donc ca me donne vite sommeil).

inde-udaipur-1-27

inde-udaipur-1-28

Udaipur est donc à notre portée et quand nous arrivons, le guichet des pre-paid taxi est fermé. Les pre-paid c’est des taxi ou t’as pas a négocier, fixé par l’état, le mieux a prendre quand on débarque. Malheureusement, pour nous, c’est raté. Et un premier tuktuk nous fait le coup de « la route vers votre hotel est fermé ». J’ai bien potassé mon Lonely Planet je sais que c’est le scam numero 1 pour t’emmener dans un faux office de tourisme qui te dit que ton hotel est fermé. Mais voila qu’un deuxième tuktuk nous dit la meme chose. Donc soit ils se sont donnés le mot, soit c’est vrai. Et a priori, vu les petites rues de merde et les embouteillages monstrueux c’était vrai. Comme quoi, parfois, la paranoia n’est pas fondée.

Notre hotel a vue sur le lac et est plutôt correct, même si il y’a un pauvre savon, pas de papier toilettes il y’a au moins un drap par personne (oui car l’hotel precedent, y’avait un drap 1 personne pour une chambre double, j’ai pas compris, j’ai pas cherché). Et surtout on peut faire plus de trucs à pied que d’habitude. Nous avons commencé par aller sur les bords du lac et nous avons pu constater que la Venise d’Inde du Nord portait bien son nom. A coté se trouve la Bagore Ki Haveli, une Haveli (sorte de maison de maitre) rénovée qui abrite plusieurs expositions, dont une de turbans et une de scultures de pierres ratées. Cependant, l’edifice est interessant car bien renové et donne une bonne idée de la vie dans ces Haveli. En plus d’être très beau.

inde-udaipur-1-29

inde-udaipur-1-30

inde-udaipur-1-31

La visite prend environ 45 minutes, ce n’est pas très long. Nous avons fini juste avant 17h00 juste à l’heure pour prendre le mini-bus qui permet d’aller au Moonsoon Palace. Ce mini bus qui n’est guère plus qu’un tuktuk amélioré avec un chauffeur colérique part tous les jours à 17h pour le coucher de soleil au Moonsoon Palace. Ce palais, habité lors de la mousson par un noble est aujourd’hui abandonné et un poil décrépi mais offre une vue de ouf sur la ville, puisqu’il est à 9km et 9km plutôt abrupts. Par contre, pour le coucher de soleil, on repassera avec la pollution environnante…

inde-udaipur-1-32

inde-udaipur-1-33

..

Nous sommes redescendu dans les embouteillages et sommes allés mangé au Chirag Restaurant, absolument délicieux, avec vue sur le lac et très peu cher. Leur Masala Paneer était au top et leurs Koftas aussi. La nourriture indienne est vraiment délicieuse, a part un repas pris dans le train, je crois que je n’ai rien laissé dans mon assiette depuis mon arrivée ! Tellement convaincus, nous avons vu que notre hôtel proposait des cours de cuisine Indienne, dabYo va peut être s’inscrire demain !

Seraf’ Goes to India #7 : Pushkar

Après avoir célébré Diwali, nous avons pris assez tôt le train pour Ajmer. Ce petit trajet de deux heures allait nous emmener à Pushkar, situé a une demi-heure de Ajmer. Pushkar est une ville sacrée pour les hindous, car son lac serait issu d’un Lotus tombé des dieux. Rien que cela. Cette petite ville de 14 000 habitants est donc un lieu de pelerinage où les hindous viennent se baigner dans le lac sacré (et pollué). Les escaliers (ghats) descendant au lac sont donc souvent bondés (et il est interdit d’y prendre des photos).

inde-pushkar-1-27

inde-pushkar-1-28

Pushkar fut aussi une destination hippie il y’a des dizaines d’année et elle a gardé une aura de spiritualité new age. C’est la ville ou nous avons vu le plus d’etrangers en terme de proportion, et c’est aussi un endroit où les femmes seules peuvent se balader , même en débardeur (meme si la prudence reste de mise). Enormement de boutiques sont là et si vous voulez faire du shopping , c’est l’endroit, avec ce que ca comporte de risque (ma superbe jupe a 200INR n’a pas passé le premier lavage :( :( :(  … Elle est bonne a jeter a par le bas, que je vais demander à ma mère de recoudre sur autre  chose) . Il y’a de tout et même moi qui ne suit pas forcément une shopping addict j’ai succombé. Notamment aux cahiers a dessin, reluire cuir a 250INR. Et les vendeurs sont moins agressifs qu’on pourrait le penser, sauf au Brahma Temple.

inde-pushkar-1-30

inde-pushkar-1-31

inde-pushkar-1-32

inde-pushkar-1-33

Pushkar est une petite ville, et y passer 1 jour et demi est bien suffisant. Pour nous, qui faisons 3 semaines, c’est 1jour et demi de glandouille, de café sur les toits et de détente, mais si vous avez peu de temps, vous pouvez carrément sauter l’étape. Oui, le lac est mignon et la ville très différente du reste de l’Inde qu’on a pu faire par sa très grande fréquentation de gaijins, mais c’est aussi tout à fait dispensable. Des temples se visitent, comme celui de Brahma (un des seuls dédiés à lui) mais sans sac et sans chaussures, donc, à tour de rôle. Une ascension permet de monter à un temple qui domine le lac, mais 1h30 d’ascencion en plein cagnard, on a pas tenté.

inde-pushkar-1-34

inde-pushkar-1-35

inde-pushkar-1-36

inde-pushkar-1-37

inde-pushkar-1-38

J’avais choisi cette étape comme une pause et ce fut une pause. Cela marque la fin de la première semaine en Inde et il fallait bien faire une halte dans le rythme effrené pour reprendre des forces : 3 semaines, c’est long !

C’est une ville où tout se fait a pied, pas de tuktuk, et où le logement nous à couté moins de 15€ par jour (nous logons a la Kanhaia Haveli, très joli, propre, mais service pour le moins inexistant, et faut demander au RDC pour avoir de l’eau chaude, le restau sur le toit est désert …), 10€ pour 2 a manger matin midi et soir au resto (oui seul endroit ou on a mangé le midi, pour vous dire la glande) , et 10€ de shopping, c’est une halte pas chère, et sympa mais qui reste dispensable si vous avez un planning serré. Ici comme on a beaucoup d’occidentaux, c’est l’endroit ou manger israelien ou encore tibetain. Les petits falafels dans mon estomac c’est que du plaisir <3

inde-pushkar-1-40

inde-pushkar-1-41

inde-pushkar-1-39

Pour le moment, et je touche du bois, tout se passe bien dans se voyage, on mange bien, on visite ce qu’on veut, on s’est pas trop fait arnaquer, seule la pollution me gène, je ne me défais pas de mon rhume et je tousse toutes les nuits dans des quintes qui doivent pas faire plaisir aux chambres d’à coté. Demain, c’est 5h de trains pour Udaipur. Une ville que vous connaissez peut être de vue, puisque le James Bond Octopussy y a été tourné (et Ram-Leela. Moi j’ai jamais vu le James Bond)

Seraf’ Goes To India #6 : Jaipur

Ce matin, nous nous réveillons doucement, au bout d’une semaine sans temps mort on commence à fatiguer. Le but de la journée est le fort d’Amber, une citadelle a 11km de Jaipur, très réputée, et dabYo adore les forts. Nous prenons là aussi un tuktuk pour la journée avec pour objectif le fort d’Amber, peut etre le fort du tigre puis le Hawa Mahal (palais des vents) .

Le fort d’Amber est réellement impressionnant. Il date du XVIème – XVIIème. Il est surtout interessant car situé dans une gorge de montagne et permettant de défendre la ville. Il est entourée d’une muraille. En y allant, on se rend bien compte qu’on a changé d’état. Cela n’a plus rien à voir avec Delhi ou même Agra, nous sommes réellement dans une zone montagneuse et aride.

inde-jour-5-jaipur-1

inde-jour-5-jaipur-3

inde-jour-5-jaipur-4

Le fort coute 500INR par personne, et la visite est longue, puisqu’elle prend 2 à 3h au minimum, si vous voulez visiter tous les recoins. C’est un très grand fort, avec beaucoup de différentes zones et bien sur un petit (grand) coeur marbré comme je les aime. dabYo a l’emballage guerrier, moi je me contente d’aimer les coeurs marbrés trop classes. La montée sous le cagnard me faisait peur, mais en faite, ça allait. Il y’avait un petit vent, et la pollution nous protège malgré le fait qu’elle soit moins dense qu’a Agra ou Delhi. Nous avons vu peu d’Eléphants, ce qui me fait penser que ce qui était très à la mode auparavant ,y monter à dos d’Elephants, est passé de mode et heureusement quand on voit les reportages sur la situation de ses pauvres bêtes.

inde-jour-5-jaipur-7

inde-jour-5-jaipur-8

inde-jour-5-jaipur-9

Nous sommes ensuite allés au Fort Jaigarh, qui n’était pas prévu au programme, mais qui était sur la route, a 100INR l’entrée. C’est un fort vraiment militaire (même si des rois y ont séjourné). Il surplombe tout Jaipur, et on a une vue merveilleuse d’en faut. C’est un fort militaire et clairement beaucoup moins bien entretenu que les autres qu’on a pu voir (nous sommes déjà à notre 4ème fort). Pas trop de fioritures, des pieces simples et décrépies, mais un coeur magnifique. Le plus beau que j’ai vu avec ces deux énormes portes qui donnent sur … le vide. Si la porte de la Lune des Eyriés ressemble a quelque chose, elle ressemble à cela. Les jardins sur le toit du monde, totalement surprenants après avoir passé des corridors étroits et totalement décrépis. C’est une des plus belles surprises de ce voyage.

inde-jour-5-jaipur-15

inde-jour-5-jaipur-16

inde-jour-5-jaipur-17

inde-jour-5-jaipur-18

Nous sommes ensuite allés visiter le fort du Tigre, conseillé dans le guide, qui a un autre nom mais plus difficile à écrire. Celui -ci est le plus décevant des forts. Il se visite très vite et n’est pas spécialement beau. Il s’agit d’un mélange entre architecture indienne et européenne, ce qui fait que les 9 appartements dont se composent le fort sont très rococo mais adaptés à l’indienne. C’est bizarre mais en même temps pas super ouf. La vue y est moins belle que le fort précédent et le fort en lui même ne vaut pas le fort d’Amber, donc si vous devez en éliminer un…

inde-jour-5-jaipur-19

inde-jour-5-jaipur-20

inde-jour-5-jaipur-21

inde-jour-5-jaipur-22

inde-jour-5-jaipur-23

inde-jour-5-jaipur-24

Nous sommes ensuite rentrés en ville à Jaipur, où nous sommes malheureusement arrivés trop tard pour le Hawa Mahal, mais en même temps il est tout petit dedans, donc ce n’est pas très grave. Aujourd’hui c’est Diwali, toutes les maisons étaient décorées, et nous sommes rentrés tôt à l’hotel et sommes allés manger tôt (à 19h) puisque aujourd’hui tout ferme plus tôt, les gens rentrant pour fêter Diwali en famille. Les feux d’artifices illuminaient le ciel après notre repas, nous avons voulu ressortir en ville, mais les gens errant dans les rues étaient uniquement des hommes et on se faisait trop alpaguer nous sommes donc rentrer dans la ruelle de notre hôtel.

Là une famille fêtait Diwali en faisant exploser des petards et des bâtons à etincelles ! C’était joyeux, innocent et tellement beau ! Ils nous ont donné deux batons qu’on a fait brûler avec eux. Et à ce moment là, je me suis dit que ok, si y’a deux camps sur l’Inde, ceux qui l’aiment et ceux qui la détestent , alors j’avais choisi mon camp. Pour une fête familiale et des feux d’artifices. Feux d’artifices anarchiques, sans aucune sécurité, probablement trop puissants pour être vendus en France, mais on s’en fout. Le bruit est énorme, ça pête de partout, la fumée et la pollution generées sont à tousser, mais ils savent s

Un peu plus tard, l’hôtel à tiré son feu d’artifice devant sa porte et avec d’autres touristes nous sommes descendus prendre part aux festivités, rire devant les feux d’artifices lancés à la main, allumer des bâtons à étincelles et dans la bonne humeur. L’Inde est joyeuse ce soir, et la fête de la Lumière battra encore son plein pendant 2 jours. Demain, nous allons à Pushkar, ville sainte pour les hindou, à deux heures de train d’ici.

Seraf’ Goes To India #5 : Jaipur

Je vous l’avais dit, aujourd’hui nous nous levions tôt pour faire 5h30 de train en direction de Jaipur. Nous nous sommes levés, sommes allés à la gare, où le panneau d’affichage était en panne, il n’y avait plus que les petits afficheurs .. tout en hindi. Heureusement qu’on avait le numéro du train. Nous avons vite compris qu’il ne serait pas à l’heure… Il a en effet affiché deux bonnes heures de retard. Bien la peine de se lever tôt. J’en ai profité pour visiter les toilettes de la gare et sérieux, c’est plus propre que des toilettes de gare francaises. Y’a juste pas de papier toilette mais suffit d’en avoir avec soi.

Une fois dans le train, j’ai surtout … dormi. Comme c’est des couchettes, et qu’on a des sacs à viande (sacs de couchage mais juste en draps) pas de soucis pour dormir dans une certaine hygiène. Si y’a bien un achat que je vous recommande c’est bien le sac à viande. Ca permet de dormir n’importe ou, et même si l’hygiène de votre hotel ou guesthouse vous semble limite vous avez vos propres draps.

Bref j’ai du dormir 2heures, après on a commandé a manger, c’était pas bon, nous n’avons guère mangé que le riz et les chapatis (sortes de pains). Nous sommes ensuite arrivés à Jaipur, et l’hotel que j’avais essayé de contacter par mail et qu’Alexandre avait essayé d’apeller ne nous avait pas envoyé de tuktuk (ils m’ont répondu on avait déjà check in, hmm j’adore ! ) donc on a du eviter les tuktuk sauvages et aller au pre-paid counter. C’est des comptoirs de taxis prépayés, au prix fixés par l’état donc garantie de non arnaque et de prix fixes. Notre hôtel est le Arya Niwas un hotel assez luxueux (pour 20€ la nuit, cher pour l’inde, pas trop pour nous) tres propre, avec son resto en terrasse, ses chambres un peu sombres mais qui donnent sur une cour intérieure. Il était déjà 16h quand nous sommes arrivés, donc nous n’avons pu qu’aller visiter le City Palace de Jaipur

inde-jour-4-1

inde-jour-4-3

inde-jour-4-4

inde-jour-4-5

Ce palais est toujours habité par la famille de Maharadjas, mais est ouvert au public sauf pour la partie privée bien sur. C’est clairement le monument le plus propre et le plus sécurisé que nous ayons fait. En effet, des gardes armés sont à chaque porte surveillant et le City Palace est assez vivant avec des boutiques dedans, et tout.

La visite est malheureusement assez courte, 1h seulement , même si évidemment c’est très joli et tout, c’est un peu court pour le prix de 500INR (qui correspond au prix du Agra Fort qui nous avait pris 3h). Ce City Palace très ouvragé renferme des musées, notamment d’habits et d’armes. Cette dernière est particulièrement interessantes, avec des dagues super ouvragés et des fusils ornés de nacre. Malheureusement les photos y étaient interdites.

inde-jour-4-9

inde-jour-4-8

inde-jour-4-7

Nous avons pu voir la Golden Hour au City Palace, mais malheureusement tous les batiments fermants au coucher du soleil, nous n’avons pas pu aller voir le Halwa Mahal (le palais des vents) ni le Jantar Matar. Ce sera pour demain. Nous avons ensuite décidé de rentrer à pied, une marche d’une trentaine de minutes dans les bazars de Jaipur . La nuit tombant, je préferais être rentrée à l’hôtel avant le noir, mais l’effervescence était palpable. En effet Diwali approche et toutes les familles achetent décorations et trucs festifs.

inde-jour-4-10

inde-jour-4-11

inde-jour-4-12

Le soir, les feux d’artifices plus ou moins controlés embrasent le ciel et vont continuer de l’embraser pendant encore plusieurs jours car Diwali est une fête qui s’étend sur plusieurs jours. Cette fête des lumières consiste à allumer des lampes et autres lumières pour chasser les ténèbres autant extérieures que intérieures. Nous avons mangé à l’hotel, en extérieur, dans le jardin, c’est tout de même agréable de pouvoir manger dehors à quasiment Novembre. Le climat est chaud en journée mais doux le soir, c’est agréable. (Et pour moi qui aime les nuits d’été, je suis contente). La nourriture de l’hotel était bonne donc j’ai trop mangé, j’ai plus l’habitude de beaucoup manger à force et 2 naan + des Kofta +Un Daal c’était un poil trop. La nourriture est clairement bonne en inde, même quand on oublie de demander no spicy. (après on est dans un hotel avec 80% de gaijins aussi) . Quand on mange c’est vraiment très bon, et végé ce qui est encore mieux !

Ps : Pour ceux qui veulent un point de vue pour le moins différent, je vous laisse avec le tumblr de dabYo avec des gifs de trains, des photos de chiens sauvages et de décharges publiques :) : Public Letters From Neu Delhi.

1 2 3 89